top of page

Choisir un chien

Dernière mise à jour : 4 sept. 2021

Il existe plus de 300 races de chiens reconnues à travers le monde et d'autres issues de mélanges de plusieurs races, de tous sexes, couleurs, gabarits, âges, fonctions.

Comment choisir un chien ?

La diversité canine est extrêmement vaste. On dénombre des centaines de races, ayant toutes leurs propres caractère et morphologie ; des croisements de ces races, qui augmentent d'autant plus le panel de possibilités. Il est alors facile de faire le mauvais choix lorsque l'on adopte un chien. Voyons ici les critères à prendre en considération selon vos souhaits, vos moyens, votre temps et vos attentes.


Choix d'un chien



Quels sont les critères à prendre en compte ?

Pourquoi la beauté ne peut pas être le seul élément à considérer ?

Comment augmenter significativement les chances d'un équilibre parfait maître-chien ?





Il existe plusieurs questions à se poser avant de prendre un chien. Pourquoi, pour qui, qui compose le foyer (humains, animaux), dans quel environnement va-t-il évoluer, quels critères physiques m'attirent, suis-je un homme ou une femme, célibataire, en couple, en famille, quels sont mes moyens financiers, combien de temps aurais-je pour m'occuper du toutou, suis-je patient, etc. ?

Dans cet article, vous trouverez de nombreux critères avec des exemples de race qui peuvent y correspondre. Les listes ne sont pas exhaustives.


Utilité du chien


La plupart des chiens ont été sélectionnés par l'Homme pour des aptitudes spécifiques qui ont été reproduites et améliorées au fur et à mesure des générations (chiens de berger, de terrier, etc.). Pour plus de détails sur ce sujet, cliquez ici.

Certains, depuis récemment, on été reproduits pour servir d'animaux de compagnie, être dociles et proches de l'humain.


La première question à se poser est donc : pourquoi veux-je prendre un chien ?

Pour :

- faire plaisir aux enfants : les Golden Retrievers et Labrador Retrievers sont d'excellents chiens de famille ;

- partir de longues heures en promenade : Beagle, Berger Belge Malinois, Berger Allemand, Berger Australien ...

- avoir de la compagnie pour les personnes très casanières : Chihuahua, Bouledogue Français, Bichons, Cavalier King Charles ...

- réaliser des concours de sports canins : Berger des Shetland, Berger Australien, Border Collie, Bergers Belges ...

- protéger la maison (la garde de propriété est totalement interdite par la loi mais la simple présence d'un gros chien peut dissuader des personnes avec de mauvaises intentions) : Mastiff, Cane Corso, Doberman, Rottweiler, Dogue de Bordeaux ...

- rassembler des troupeaux : tous les chiens de groupe n°2 ;

- chasser : tous les chiens des groupes 3, 4, 6, 7 et 8 (en fonction de la discipline) ;

- etc.



Chiot ou chien adulte ?


Faut-il choisir un chiot (à partir de 2 mois), un adolescent (6 à 12 mois en fonction des races) ou un chien adulte ?


Le choix est très personnel.

Un chiot aura l'avantage de pouvoir installer rapidement une relation de confiance et d'instaurer dès l'arrivée des règles de vie qui seront plus facilement intégrées.

La période d'adolescence remet en cause l'ensemble des précédents acquis et c'est donc un moment où il est nécessaire d'être ferme.

Un chien adulte permettra, en général, de sauver d'un abandon et est donc un acte de générosité et de bravoure. En revanche, on ne connaîtra pas systématiquement le passé de l'animal et il aura pu soit avoir eu une mauvaise éducation, soit avoir développé des troubles du comportement et il faudra donc dans tous les cas être patient.

Certains adultes sont cédés pour retraite. Ce sont généralement soit d'anciens reproducteurs (utilisés pour réaliser des portées en élevage) soit d'anciens grands sportifs dont les maîtres souhaitent se débarrasser. Dans ce cas, ce sont généralement des chiens équilibrés et cela leur permettra de vivre une fin de vie agréable.



Mâle ou femelle ?


En ce qui concerne le sexe de l'animal, il faut savoir que les mâles ont généralement davantage de tempérament (mais pas toujours, les femelles peuvent parfois être surprenantes) et il peut en découler des bagarres si les rencontres sont mal gérées.

Pour évaluer le caractère de l'animal, s'il est chiot, on pourra réaliser les tests de Campbell qui donneront une tendance ; s'il est adulte, les anciens propriétaires pourront aisément vous indiquer son entente avec ses congénères.

Il est également à noter que les mâles lèvent souvent la patte, font donc de nombreuses pauses en promenade et peuvent faire de même au domicile, ce qui se résout en quelques séances d'éducation.


Les femelles sont en général moins démonstratives d'agressivité congénères.

Elles présentent en revanche le problème de pouvoir être montées par accident si elles ne sont pas stérilisées ce qui peut engendrer des gestations indésirées.


Il faut enfin prendre en considération l'environnement humain du foyer.

Un mâle aura tendance à refuser l'intimité de sa maîtresse avec des hommes et une femelle aura tendance à refuser l'intimité de son maître avec des femmes.

Cela peut être évité avec une bonne éducation.


Enfin, les mâles sont plus grands et plus lourds que les femelles pour une même race.


Petit ou grand ?


Ce critère est davantage lié aux goûts de l'adoptant. Certains préfèrent les petits chiens type Chihuhua alors que d'autres adorent la masse des Dogues Allemands, pour citer les extrêmes. D'autres encore seront plus attirés par des canidés de taille moyenne (par exemple les Finnois de Laponie).

Toutes les tailles peuvent correspondre à tout le monde, tant que l'obéissance est satisfaisante (même un Pinscher pourra faire tomber son propriétaire âgé s'il tire en laisse).


Attention : une idée reçue consiste à dire que plus un chien est grand, plus il a besoin de dépenses physiques. C'est faux. Voyez par vous même : un Jack Russell est souvent appelé "pile électrique" car c'est une race qui court et saute sans arrêt et qui a donc un besoin important de se dépenser.

Un Mastiff, par sa morphologie molossoïde et son poids sera davantage un chien de canapé et ne pourra pas suivre des courses à pied de 2 heures de durée.



LOF, bâtard ou corniaud ?


Les LOF sont des chiens dits "de race" respectant des standards précis au niveau morphologique et comportemental. Ce sont donc des races reconnues (cliquez ici pour plus d'explications).


Les bâtards sont issus de la reproduction de deux parents LOF de races différentes.


Les corniauds sont le fruit de la saillie d'au moins un individu bâtard. Ce sont donc des croisements d'au minimum 3 races différentes.


Seuls les chiens LOF permettront de connaître les réels caractère et poids adulte (dans le cas de l'acquisition d'un chiot) de l'individu.


Pour les 2 autres, on pourra estimer une tendance en mélangeant le caractère des races des parents mais sans savoir quels traits comportemental et physique prendra le dessus. Ce peuvent donc être des chiens très stables et équilibrés, avec de réels qualités comme tout l'inverse.


Si le chien est adulte, le risque de surprises s'affaiblit puisque l'on a déjà pu le tester dans la majorité des cas.


Ai-je d'autres animaux ?


Si le foyer est déjà composé d'autres animaux (chats, autres chiens, lapins, cochons, chèvres, chevaux, etc.), ou si vous souhaitez acquérir d'autres bêtes à terme, le mieux est de prendre un chien qui est déjà habitué à l'espèce considérée et vice versa pour que l'entente se passe au mieux.

Si ce n'est pas le cas, l'adoption est tout de même possible mais il faudra procéder à une rencontre progressive : d'abord visuelle à travers une vitre par exemple puis olfactive et enfin tactile. Il arrive que l'acceptation n'arrive jamais. Dans ce cas, il vaudra mieux imposer des territoires différents pour chaque animal afin d'éviter les contacts et permettre une harmonie pour qu'aucun ne se sente délaissé ou mal à l'aise.


Pour les animaux de la ferme, les chiens de berger sont prédisposés à une relation saine.

Pour toutes les autres espèces, il n'existe pas véritablement de race qui rencontre une meilleure capacité d'adaptation, tout dépend de l'environnement de vie jusqu'à ses 2 mois à l'élevage puis ses 4 mois en famille d'accueil (a-t-il côtoyé des chats, des chiens d'autres races, des tortues, des lapins, etc.).


Quel budget ?


Un chien (comme tout être vivant) représente un coût certain tout au long de sa vie. Parmi celui-ci, il faut notamment prendre en compte :


- le prix d'achat : il sera d'autant plus élevé que le chien est dit "de race" et donc reproduit en élevage et d'autant plus faible chez un particulier ou en refuge mais le chien sera alors de moins grande qualité et plus enclin à développer des troubles du comportement car pris en charge par des non-professionnels ou traumatisé par un abandon.

Les prix d'achat varient d'une race à l'autre notamment en raison de la rareté de celle-ci sur le marché, de sa popularité et de la taille (un chien plus grand coûtera plus cher en alimentation et augmentera donc les frais à la charge de l'adoptant).


- l'alimentation : il est vivement conseillé de nourrir les chiens avec une alimentation spécifique à ses besoins nutritionnels et éviter les produits de grande surface qui ne sont pas toujours les meilleurs et souvent à arguments marketings mensongers. Chaque race aura des besoins propres en fonction de son activité sportive et mentale mais aussi en fonction de prédispositions génétiques pouvant favoriser l'apparition de certaines tares (maladies) qui pourront être évitées, atténuées ou retardées grâce à des apports précis, à considérer avec un vétérinaire.

En fonction de l'état physiologique, les besoins alimentaires auront également tendance à changer au cours de la vie du chien (après une opération, en cas de rejet d'un produit inadapté à l'individu, en cas de gestation, de mise à la saillie, de lactation, pendant une maladie, au cours de la vieillesse où les besoins énergétiques ne sont plus aussi importants, etc.).

Les races plus grandes ont des besoins nutritifs plus conséquents que les races petites et moyennes, et augmenteront de ce fait le coût alimentaire.

En résumé, plus un chien est prédisposé à des maladies, plus le besoin en activité est grand et plus la taille est importante, plus le coût alimentaire sera élevé.


- les jouets et accessoires : nul n'a de doute sur le fait que le matériel minimum nécessaire pour un chien soit composé de quelques jouets, une laisse, une longe, un collier, un harnais, des gamelles et un panier. Le chien étant un animal, il aura tendance à user rapidement ces accessoires qu'il faudra donc renouveler régulièrement.


- les aménagements : lorsque l'on accueille le canidé au domicile, il est nécessaire, peu importe son âge, de construire un environnement sécurisé (pas d'accès aux produits toxiques) et adéquat avec les règles fixées (barrières empêchant l'accès à certaines pièces ou à des escaliers pour les chiots en bas-âge car cela prédispose à une dysplasie de la hanche et du coude, clôture du jardin, etc.).


- les frais vétérinaires : c'est un des coûts qui pourra devenir rapidement conséquent. Pour éviter au maximum ce genre de désagréments, il est conseillé d'adopter un chiot LOF en élevage, qui aura réalisé tous les tests génétiques pour éviter au maximum l'apparition des maladies connues de la race. On veillera également à fournir une bonne alimentation ce qui évitera certaines tares et à dépenser le chien selon ses besoins propres. Il conviendra également de vermifuger, vacciner et traiter l'animal contre les parasites selon la régularité indiquée par le vétérinaire.

La vieillesse est un phénomène naturel présent également chez le canidé qui est enclin à l'apparition de problèmes de santé divers et en moyenne les frais vétérinaires augmenteront avec le temps.


- les activités sportives : certains propriétaires souhaitent participer à des activités sportives en club, voire des concours sportifs et cela demande de l'entraînement (donc du temps, ce qui est un coût indirect), de payer les cotisations et d'investir dans du matériel adéquat au sport en question.


- l'éducation : un aspect que l'on oublie souvent est l'éducation canine qui devra être réalisée avec l'aide d'un professionnel, soit pour des problèmes précis et difficiles à gérer (anxiété, hyperactivité, agressivité, destructions, etc.) ou pour l'éducation de base (assis, coucher, pas bouger, etc.) pour des personnes novices ou pour des chiens dits "têtus".

On peut également amener l'animal jusqu'à 5-6 mois en école du chiot pour l'aider à se sociabiliser.

Toutes ces séances ont un coût qui variera en fonction du temps de travail du couple maître-chien en dehors des cours.


Combien de temps ?


Certains accueillants auront moins de temps à accorder à s'occuper du chien que d'autres. Là aussi, certaines races ont des besoins énergétiques et mentaux plus importants et ne pas les respecter développera sans aucun doute des problèmes comportementaux.

Un Malinois, un Berger Australien, un Border Collie, un Jack Russel Terrier font partie des races les plus en demande en terme d'activités. Inutile d'en adopter si vous ne pouvez pas dépenser l'animal au minimum 2 heures par jour physiquement et une heure mentalement. Vous en feriez un chien non équilibré et malheureux qui risquerait d'ailleurs de commettre des dégâts notamment en termes de destruction ou fugue.

Pour les moins sportifs, on conseillera par exemple des races comme les Yorkshires, les Bouledogues Français et Anglais, les Bichons, les Mastiff, qui n'auront pas besoin d'autant de temps d'activité que les précédents.

Attention, lorsque l'on parle de temps, cela ne signifie pas que l'on puisse laisser le chien tout seul tous les jours pendant 8 heures. Ce sont des races qui ont besoin de moins de dépenses intellectuelles et physiques mais doivent tout de même avoir la compagnie de leur maître régulièrement.

De plus, TOUS LES CHIENS quelle que soit leur race doivent être sortis du domicile au minimum 30 minutes par jour. En effet, le jardin ne suffit pas à répondre à l'ensemble des besoins, notamment olfactifs du chien. Cette espèce a besoin de côtoyer des congénères et de sentir l'odeur de leurs phéromones.


L'expérience avec les chiens


C'est le dernier critère à prendre en considération pour choisir son chien. Il existe des races plus difficiles que d'autres en terme d'éducation. Un Labrador Retriever comprendra et sera très facilement coopératif à l'apprentissage des règles imposées alors qu'un Berger d'Anatolie ou un Teckel seront beaucoup plus testards et demanderont davantage de temps d'exercices pour obéir. Pour ces derniers, il faudra donc savoir être ferme, ne jamais faire de concession et ne jamais accepter les mauvais comportements. Une rigueur plus importante sera donc nécessaire et ce type de chiens est déconseillé aux primo-accédants.


Dans tous les cas, un chien a besoin d'attention et d'amour. Il s'agit d'un être vivant et il doit en conséquence n'être adopté qu'à l'issue d'une décision réfléchie et responsable. Selon les races, il partagera votre vie entre 8 et 17 ans (les chiens de grande taille vivent en moyenne moins longtemps), autant de temps où il faudra être disponible pour lui et assouvir ses besoins en termes d'alimentation, de sécurité, de santé et de compagnie.


Pour connaître les différents lieux d'acquisition, consultez l'article Où acquérir un chiot / chien.

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page