top of page

Pourquoi éduquer un chien ?

Dernière mise à jour : 8 mai 2021

Tous les propriétaires de chien en ont entendu parler : l'éducation du chien, ou éducation canine. Tout le monde conçoit qu'il est nécessaire d'enseigner au chien certains ordres dits de base et d'appliquer certains conseils d'autorisations et d'interdits pour son toutou.

L'intérêt de l'éducation canine


L'éducation canine est une étape indispensable dans l'accueil d'un chiot ou d'un chien adulte et de nombreux spécialistes se mettent sur le marché, avec un succès phénoménal et une demande importante des nouveau acquéreurs.


Pourquoi éduquer son chien ?

Pourquoi cette spécialité prend elle une telle ampleur ? Que se cache-t-il réellement derrière les conseils de ces professionnels ?





Introduction


L'éducation canine n'est pas simplement un effet de mode. Elle a une utilité démontrée et est nécessaire.

Aujourd'hui, les chiens sont de plus en plus adoptés pour leur compagnie. De ce fait, il est attendu qu'ils sachent être présents et dociles.

Outre les chiens domestiques faisant partie intégrante de la famille, certains d'entre eux sont récupérés pour leur utilité, leur travail (par exemple les chiens de garde, les chiens de troupeaux, etc.).


Dans tous les cas, le chien intégrant un foyer doit pouvoir se conformer à des règles de société édictées par l'Homme et qui n'ont aucun intérêt pour lui dans son éthologie mais permettent de s'intégrer et d'interagir avec les humains, dans l'environnement qui leur est proposé.


Les intérêts de l'éducation canine


L'éducation a donc pour but premier pour le chien domestique de s'adapter à la vie en société sans commettre d'impairs (destructions, malpropreté, attaque, etc.) afin d'éviter tout accident qui pourrait avoir de graves conséquences sur la santé d'autrui, sur la responsabilité du maître et sur le coût financier de certains dégâts.

C'est pour ces raisons qu'il n'est pas toléré que l'animal saute sur les gens par exemple, car cela pourrait être ressenti négativement par l'entourage.


La deuxième raison qui pousse à éduquer son chien est le fait que les ordres de base (assis, couché, pas bouger, ta place, rappel au pied et marche en laisse) qui lui sont inculqués facilitent la gestion de l'animal au quotidien.

En effet, sans cet apprentissage élémentaire, le maître n'aurait aucun contrôle sur son chien ce qui pourrait engendrer sa disparition ou des accidents. Le canidé ne pouvant être constamment attaché ou maîtrisé par la contrainte (isolement dans une pièce), l'éducation de base devient un véritable outil de facilité dans bien des situations.


La dernière raison pour laquelle l'éducation est FONDAMENTALE et dont on oublie souvent l'importance est la création d'un lien fort avec le maître. En effet, même si l'éducation semble être une contrainte pour le chien, elle ne l'est pas et permet au toutou de se concentrer (dépenses mentales), de rechercher l'avis du maître (instauration d'un lien de confiance mutuel) et d'éviter de devoir prendre des décisions, ce qui lui enlève une grande part de responsabilité et lui permet de vivre sereinement.


L'éducation permet l'instauration d'une confiance mutuelle et la confiance mutuelle permet l'instauration de l'éducation. C'est donc un cercle vicieux vertueux.


Voici concrètement les utilités de toutes les procédures éducatives :


Les ordres de base


- Le ASSIS : cette position, la plus naturelle chez le chien, lui permet de rester en attente d'un ordre de son maître sans se lasser, en étant à l'aise tout en maîtrisant l'environnement du fait de la possible vue de l'ensemble de ce qui se passe aux alentours. Cette position est également utile pour permettre à un chien excité de redescendre en émotion car c'est une position statique. Ainsi, lorsqu'un canidé est trop haut en intensité, le simple fait de lui demander de s'assoir pourra l'aider à retrouver le contrôle.


- Le COUCHER : cette position, non naturelle chez le chien (l'ordre couché sous-entend la position du sphynx alors que le sommeil se déroule normalement en position latérale), permet au toutou de se décontracter en attendant le départ (par exemple en balade). Elle permet un meilleur contrôle de l'animal qui ne peut plus être autant sur le qui-vive car son champ de vision est diminué et son intervention prend davantage de temps. Aussi, si le référent est à côté de lui, cela lui permet de se reposer sur ce dernier et ne plus avoir à prendre de décisions.

Tout comme le assis, cette position permet de contrôler efficacement un trop plein d'excitation.


- Le PAS BOUGER : cet ordre est indispensable pour être certain de bien maîtriser son chien. Il existe beaucoup de situations où il est nécessaire d'empêcher son chien de s'en aller, comme une proie mobile prise en chasse (chats, vélos, scooters, voitures), l'attente devant la boulangerie, un danger imminent (routes, trains, chien agressif, etc.). Cet ordre facilite encore une fois la tâche car s'il est maîtrisé, il ôte le devoir au maître d'avoir à tenir physiquement le chien, ce qui pourrait engager une situation de frustration ; lui permet d'avoir un réel contrôle sur ce dernier et permet au canidé de comprendre, par habituation, les situations qui lui sont inaccessibles.


- Le RAPPEL AU PIED : il s'agit de l'un des ordres les plus importants pour pouvoir détacher son chien sans risquer sa disparition, sa mise en danger et pour obtenir une plus grande complicité. Cet ordre n'a d'intérêt que lorsqu'il est maîtrisé systématiquement et dans toutes les circonstances. Sinon, on ne pourra pas s'en servir efficacement ni prendre le risque de lâcher son chien dans un endroit non clôturé.


- La MARCHE EN LAISSE : elle permet d'éviter d'avoir une tendinite à cause d'un chien qui tire régulièrement ou constamment. Pour les personnes fragiles ou ne pouvant maîtriser le poids du chien, elle permet également d'éviter des chutes ou des blessures musculosquelettiques. De plus, elle rend les balades beaucoup plus agréables pour le couple : le meneur n'est pas obligé de tirer sur la laisse, il est plus détendu et le chien ne reçoit pas d'à-coups ni d'étranglements et se sent plus à l'aise.


- Le TU LAISSES : dans bien des situations, l'exécution de cet ordre est impératif (chiens agressifs congénères et/ou humains, nourriture sur le sol pouvant être contaminée ou empoisonnée, poursuite du gibier, etc.). C'est donc pour la sécurité de tous que votre chien doit être capable d'abandonner l'accès à une ressource sur demande.


Les interdits


- L'accès au lit et au canapé : on entend souvent dire que pour une question de hiérarchie, il n'est pas toléré de laisser un chien monter sur le canapé ou le lit. C'est faux. L'essentiel est de toujours pouvoir garder le contrôle et que le toutou descende bien de l'endroit lorsque l'on le lui demande, sans rechigner.


- L'accès à certaines pièces : il est indispensable d'interdire l'accès de certaines pièces à votre animal car vous ne pouvez pas accepter par exemple que ce dernier vous accompagne aux toilettes ou entre dans la chambre du bébé qui dort. Ces règles doivent être mises en place dès l'arrivée du chien au domicile.


- Le grognement : si le grognement n'intervient pas de manière systématique (c'est à dire toujours sur les mêmes personnes, sur tous les chiens, sur tous les chats, etc.), il faut laisser faire car il s'agit d'un moyen de communication du chien qu'il ne faut pas lui empêcher car cela pourrait altérer ses relations avec les congénères et admettre un risque d'attaque sans signe de prévention. Si en revanche le chien grogne de manière exubérée, il faudra faire appel à un éducateur comportementaliste pour éviter tout incident. De même, si le chien attaque sans grogner, il faudra consulter un spécialiste car le risque de morsure est décuplé et des dégâts pourraient vite avoir lieu.


- L'aboiement : signal de communication indéniable, l'aboiement peut être perçu comme agaçant par l'entourage qui souhaitera alors le faire disparaître. ERREUR. Il est indispensable car il s'agit d'une part du langage du chien et punir ce comportement systématiquement ne permettra que d'empêcher le canidé d'envoyer un message à ses congénères et probablement d'aller vers l'agressivité sans prévention ce qui peut être relativement dangereux.


- Déranger un chien dans son panier : le panier est vu par le chien comme son "cocon", l'endroit où il peut se ressourcer et se reposer sans se faire déranger.

Il est absolument INTERDIT de déranger un toutou à cet endroit, au risque de se faire mordre.


- La nourriture à table : il est totalement déconseillé de donner à manger au chien à table ou à l'apéro. Si vous lui donnez ne serait ce qu'une fois, il comprendra qu'il est autorisé et n'hésitera pas, au mieux, à demander quand cela a lieu, au pire, à se servir. C'est pour cette raison que si vous souhaitez partager avec lui, il convient de lui donner les restes à la fin du repas, dans un endroit approprié à son déjeuner, sans quoi, il s'approprierait l'autorisation (que vous lui avez donnée), de quémander ou même de prendre la nourriture.


- La gamelle : embêter un chien pendant qu'il mange n'est pas recommandé et ne sert à rien. La théorie de protection de ressource ne s'applique pas comme le pense la majorité. Le fait que le chien ne se laisse pas faire et grogne ou attaque lorsque l'on tente de lui retirer son bien est normal puisque le canidé protège son plat lorsqu'il est toujours en train de se rassasier. En revanche, si votre toutou devient agressif à l'approche de quelqu'un ou d'un congénère alors même que ce dernier ne souhaite pas lui prendre sa gamelle, on se trouve dans une situation de protection de ressources et ce comportement n'est pas acceptable.

Pour pallier à ce phénomène, il faudra s'approcher de sa gamelle pendant que le chien mange et lui rajouter une nourriture plus appétente que celle d'origine. De cette manière, l'animal associera l'arrivée d'autrui à quelque chose de positif et devrait mieux accepter le dérangement. Si la situation semble délicate, ne prenez pas de risques et faîtes appel à un professionnel.


- Le renoncement : lorsque vous donnez un ordre et que le chien ne réagit pas ou ne souhaite pas obéir, il convient d'insister jusqu'à ce qu'il cède ou dans tous les cas, terminer l'action par une obéissance, même en changeant d'ordre.

C'est pourquoi, il faut être très vigilant à ne pas entrer trop rapidement dans la difficulté. L'important est de procéder par étape et de durcir les exercices en augmentant pas à pas l'un des facteurs suivants : durée, intensité, fréquence, seulement lorsqu'une étape est systématiquement réussie.


Cet article est un préambule à l'utilité de l'éducation canine. Il permet de démontrer son intérêt par des exemples qui ne sont pas universels et doivent être adaptés au cas par cas, notamment chez les chiens ayant déjà pris de mauvaises habitudes, lors d'une adoption où l'on ignore le passé du toutou ou encore en cas de troubles du comportement. N'hésitez pas à me contacter pour en savoir plus.


Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page